Taking too long? Close loading screen.

Album

Nouvel album « Comme un Ours »

Disponible le 5 octobre 2018

écouter / acheter

Chers tous,
je suis heureux de vous présenter mon nouvel album, Comme Un Ours.
Comme son nom l’indique, ce disque trouve ses racines dans la solitude et l’isolement. Mais ses racines seulement.
Je me suis isolé le temps de l’écriture pour ressentir vraiment la nécessité de l’autre, l’insoutenable projet de la solitude absolue.
Puis je l’ai partagé avec un co-réalisateur, Sébastien Collinet…
Puis un violoncelliste et un ingénieur du son sont venus nous épauler.
Il ne s’est pas fait dans un studio à moquette épaisse, il s’est fait chez moi à la campagne, puis à la ville. Je voulais qu’il ressemble à son époque.
Celle où nous sommes si seuls mais en communication permanente.
Celle où l’avenir n’est plus un acquis, où l’espoir s’invente d’un jour à l’autre.
Celle qui nous rend hagards parfois…
Je voulais des grooves lancinants et des angoisses partagées, mais aussi me rassurer avec une femme, un enfant et un chien.
Je voulais me retrouver, et vous retrouver.
J’espère qu’il vous plaira.
Merci,
Alexis.

Biographie

Après une longue parenthèse enchantée en compagnie de Georges Brassens, « Comme un ours » est un retour à la réalité.
Ces chansons, écrites sur la route depuis 2015, ont voulu aller de l’ombre à la lumière.
Ces dernières années furent éprouvantes pour nos contemporains.
Le défi était pour moi de rechercher l’espoir, en sortant de la solitude.
Et si l’espoir est au bout du tunnel, il aura fallu le traverser, au travers de toute une série de chansons peuplées d’ombres et d’appréhensions.

Essayer de ressentir l’air du temps, exorciser les peurs contemporaines, la solitude, la bêtise, l’inhumain. Pas pour s’installer dans l’anxiété mais pour en sortir, avec une autre série de chansons qui rendent hommage à la vie, aux femmes, aux enfants, à la loyauté des chiens…
Puis le partager en solitaire devant le public, avant d’en faire un album.

À bientôt,

Alexis

En concert

Galerie photos

Photos : Pierre Leblanc